Accueil > Artistes > Jean-Michel Frank

Jean-Michel FRANK

(1895 – 1941)

FRANK-M-paire de chaises cintrées- HD 01.jpg

Paire de chaises

A la fois esthète et créateur, Jean-Michel Frank est le décorateur le plus énigmatique de l’entre-deux-guerres. Perpétuellement en quête de dépouillement, Jean-Michel Frank, précurseur du minimalisme, est paradoxalement un grand connaisseur du style classique français qui transparaît dans toute son œuvre. Ses créations devenues mondialement célèbres continuent à étonner et à inspirer de nombreux décorateurs et designers. Élevé au sein d’une famille aisée d’origine juive allemande, le jeune homme au tempérament mélancolique et solitaire se lie dès l’adolescence avec René Crevel, Léon Pierre Quint et Jacques de Lacretelle qui vont jouer un rôle influent dans les milieux littéraires. En 1921, tournant le dos aux affaires familiales, il aménage un appartement pour Pierre Drieu la Rochelle et fréquente assidûment les milieux intellectuels parisiens proches du surréalisme. Lorsqu’en 1926, Jean-Michel Frank aménage un fumoir pour le vicomte et la vicomtesse de Noailles à Paris, son style sobre aux proportions parfaites s’impose dans les milieux élégants et artistiques des Années Folles. Imposant les matières brutes travaillées avec sophistication, il réhabilite le blanc dans la décoration et imagine des volumes qui tendent vers l’abstraction. A la fin des années 1920, il s’associe au talentueux ébéniste Adolphe Chanaux, et s’éloigne d’un style épuré à l'extrême en s’inspirant du répertoire néo-classique dont il réinterprète les formes. A l’ouverture de sa boutique rue du faubourg St Honoré au début des années 1930, Frank collabore avec des artistes comme Alberto Giacometti, Paul Rodocanachi, Jean Hugo, Emilio Terry, Christian Bérard et Salvador Dali.

Exilé en 1940 en Argentine où il s’associe avec l'ébéniste Conté, il meurt à New York en 1941.

 

Bibliographie:

Pierre-Emmanuel Martin-Vivier, Jean-Michel Frank – L’étrange luxe du rien, Editions Norma, Paris, 2006.