Georges de Feure
(1868-1943)

A la fois peintre, illustrateur et créateur autodidacte, Georges de Feure incarne la figure de l’artiste protéiforme. Prônant la synthèse des arts, ce dernier se tourne au début du XXe siècle vers la création de mobilier.
De Feure débute sa carrière comme illustrateur pour Le Courrier français ou encore le Figaro illustré, tout en s’attachant à son travail de peintre. Fortement influencé par la littérature symboliste de Georges Rodenbach ou Huysmans et l’œuvre de Charles Baudelaire dont il est un grand admirateur, il s’inscrit dans la lignée des artistes symbolistes de son temps et son travail est reconnu et admiré par Puvis de Chavannes, chef de file du mouvement. Après la seconde guerre mondiale, l’artiste se concentre sur son activité de décorateur. Parmi les chantiers les plus significatifs de sa carrière se trouve la rénovation de la Maison de Couture de Madeleine Vionnet, réalisée en 1923. L’année suivante, il expose un Salon de collectionneur au Salon de l’Union Centrale des Arts Décoratifs qui est très remarqué.